Skip to content

Un gouvernement mondial unique : une réalité évidente


par Iurie Roșca
|

Chers amis,

Beaucoup d’entre nous ont remarqué qu’avec l’apparition de la pandémie dite de Covid-19, une nouvelle donne dans les relations internationales est apparue, qui avait peut-être échappé à beaucoup d’entre nous jusqu’alors. À savoir qu’au-delà de toute divergence entre plusieurs pays et groupes de pays, ceux-ci se soumettent tous, sans aucune déviation, à un seul centre de pouvoir mondial. Personnellement, j’ai appelé cette nouvelle donne « la fin de la géopolitique classique ».

Tout au long de l’histoire, nous nous sommes habitués à observer les rivalités, les conflits et les guerres entre de nombreux empires et superpuissances ou coalitions d’États. Leur logique était claire pour nous, quelle que soit l’idéologie ou l’école internationale à la base de l’interprétation de ces grandes divergences entre civilisations, centres de pouvoir, tribus ou peuples.

Le pivot géographique de l’histoire de Sir Halford John Mackinder, avec sa théorie du Heartland, de l’île mondiale et de l’importance cruciale de l’Europe de l’Est pour la domination mondiale, Carl Schmitt, avec sa théorie du conflit entre Sea Power et Land Power, Zbigniew Brzeziński avec Le Grand Échiquier, ou Alexandre Douguine avec sa théorie de la Tellurocratie contre la Thalassocratie, et tant d’autres conservent leur validité en tant que visions complexes de l’histoire et de la géopolitique. Mais à mon avis, ces théories, si elles n’ont pas complètement perdu leur pertinence, doivent être développées à la lumière des nouvelles réalités qui ont émergé dans le monde au cours des dernières décennies.

Nous pourrions également décrire cette nouvelle image du monde de la manière suivante. La modernité occidentale a triomphé partout, la primauté de l’économie et le règne de la quantité ont contaminé tous les peuples du monde, la puissance maritime a inondé de civilisation mercantile toute la surface de la puissance terrestre.

Le bipolarisme de l’après-Seconde Guerre mondiale qui a dominé le monde pendant près d’un demi-siècle, équilibrant les deux superpuissances — les États-Unis et l’URSS —, s’est effondré avec la disparition de l’un des pôles, le communisme soviétique. C’est là qu’intervient la divergence d’opinions entre les stratèges occidentaux et ceux de la Russie, de la Chine ou des BRICS dans leur ensemble. Alors que Washington insiste sur le maintien de son statut d’hégémon mondial, ces pays affirment qu’ils sont en passe de s’émanciper de la tutelle de l’Occident collectif et de créer un « monde multipolaire ».

Les deux récits sont devenus dominants dans leurs pays respectifs, « l’Occident » et ses satellites surfant sur l’universalisme du modèle libéral-démocratique et « le Reste » revendiquant l’émancipation de la tutelle impériale de l’Occident. Mais en fait, comme je l’ai noté dans mon intervention de tout à l’heure, l’imposition de l’urgence mondiale sous prétexte de santé a été comme une douche froide pour tout esprit lucide. On s’est demandé pourquoi la quasi-totalité des pays étaient totalement subordonnés aux diktats imposés par l’intermédiaire de l’OMS. De plus, la « Grande Réinitialisation » annoncée comme une fatalité historique inexorable par Klaus Schwab signifiait en réalité un Grand Réveil de l’humanité.

Les mesures liberticides et la « nouvelle normalité » cauchemardesque, la vaccination forcée et la suppression de toutes les libertés politiques, économiques et sociales ont représenté un choc majeur qui a conduit des chercheurs, des universitaires, des auteurs et des journalistes d’investigation à s’interroger sur les origines et les objectifs ultimes des grandes transformations qui ont eu lieu.

Ainsi, en partant de la Covid-19 comme accélérateur historique de l’instauration d’un régime mondial de tyrannie technocratique, les chercheurs qui ne se sont pas laissés corrompre par le discours dominant ont réexaminé l’histoire récente qui a permis de gouverner tous les États du monde à partir d’un centre de pouvoir unique.

Parmi les différentes causes qui ont conduit à une hypercentralisation du pouvoir à l’échelle mondiale, on invoque à juste titre les suivantes.

Toute l’histoire du capitalisme montre que le « facteur économique » a pris le pas sur le « facteur politique ». En d’autres termes, les usuriers et les marchands ont subordonné l’acte décisionnel au niveau de l’État à leurs propres intérêts économiques, transformant les États en outils dociles pour l’obtention de superprofits.

Le Club de Rome, groupe de réflexion des mondialistes fondé par la famille Rockefeller en 1968, avait parmi ses principales tâches la justification théorique du processus de désouverainisation des États en faveur d’une gouvernance mondiale exercée par l’intermédiaire de l’ONU et de ses agences affiliées. Plusieurs autres organisations peuvent également être citées à cet égard, telles que le Council on Foreign Relations, la Commission Trilatérale et le Club Bilderberg, également préoccupés par l’exercice du pouvoir à l’échelle mondiale et l’affaiblissement des États nationaux soumis à un centre de commandement unique.

Toute la stratégie de déréglementation, mise en œuvre depuis les années 1980, a cherché à établir un nouvel ordre économique mondial dans lequel le principe du libre-échange et la sacralisation de l’intérêt des grandes entreprises sont devenus des normes juridiques obligatoires et des pratiques quotidiennes dans le monde entier. L’OMC est l’expression de ces intérêts corporatistes qui subordonnent les États aux grandes entités privées.

Le moment clé de l’établissement d’une gouvernance mondiale, exercée sous le prétexte d’une urgence climatique, a été le Sommet de la Terre de 1992 à Rio de Janeiro, qui a établi l’agenda des Nations unies pour le 21e siècle. Ainsi, précisément en 1992 à Rio, le prétendu problème — le changement climatique ou le réchauffement climatique anthropique — et la fausse solution, avec des prétentions à une recette universelle connue sous le nom de Développement durable — sont devenus officiellement des normes documentaires internationales au sein du système de l’ONU auxquelles tous les États du monde ont adhéré.

L’Agenda 2030 pour le développement durable, adopté par tous les États membres des Nations unies en 2015, et ses 17 Objectifs de développement durable (ODD) représentent la suite directe du Sommet de Rio de 1992. Il convient de noter que cette stratégie devient contraignante pour tous les États du monde.

En d’autres termes, le nouvel ordre mondial est imposé à l’échelle planétaire, sur la base de faux arguments scientifiques, et il vise à remodeler l’économie mondiale, le rôle des États, les droits des producteurs et de tous les citoyens. Tous ces éléments sont destinés à être enchaînés, dans la course à l’empreinte carbone zéro et pour accomplir d’autres éléments de « démolition contrôlée », ainsi que pour réaliser la société de surveillance totale.

Après que Klaus Schwab et son complice du FÉM [Forum Économique Mondial], Thierry Malleret, ont publié leur livre programmatique La Grande Réinitialisation à l’été 2020, beaucoup d’entre nous ont réévalué le livre précédent écrit par le chef du FÉM en 2016 : The Fourth Industrial Revolution [La quatrième révolution industrielle]. Ce faisant, nous avons une fois de plus découvert qu’au-delà des différences entre les États, tout le monde suit la ligne tracée par les élites mondialistes au sein du Forum de Davos et d’autres organisations privées qui rassemblent les milliardaires du monde entier. Pour nous qui venons de l’espace ex-communiste, la comparaison s’impose d’elle-même. L’ONU, le FÉM, l’OMS, l’OMC, etc. apparaissent à nos yeux comme une sorte de Comité central du Parti communiste qui impose ses directives sans rencontrer le moindre désaccord.

Lorsque nous parlons de la guerre totale des mondialistes contre tous les États et tous les peuples, de la surveillance totale, des villes de 15 minutes, de l’Internet des objets (IoT), de l’Internet des corps (IoB), de l’IA, des monnaies numériques des banques centrales (CBDC) et de tous les autres éléments de la tyrannie technocratique mondiale, tout chercheur responsable qui n’est affilié à aucun groupe d’intérêt ne peut ignorer l’observation selon laquelle le monde entier est soumis à un seul et même ordre du jour. Cet agenda unique est poursuivi par tous les États et dépasse toutes les frontières géographiques : tous les conflits politiques, idéologiques, économiques, diplomatiques ou même militaires.

En conclusion, nous ne devons pas nous laisser abuser par la considération que, par exemple, les États-Unis sont en déclin tandis que la Chine est en pleine ascension. Il n’est pas non plus décisif que la Russie soit en conflit majeur avec l’Occident collectif en raison de la guerre en Ukraine. Et même les affirmations actuelles selon lesquelles les BRICS constitueraient une alternative au mondialisme technocratique ne sont pas la panacée. Tant que tous les pays du monde reconnaissent l’ONU comme autorité suprême et appliquent sans relâche toutes les politiques liberticides, voire génocidaires, de cette organisation, toute revendication de défense des intérêts nationaux ou de résistance à l’hyperclasse mondiale est infondée et ridicule, quel que soit l’État ou le régime politique dont elle émane.


  1. Traduction grâce à: nouveau-monde.ca

Poza de profil

Iurie Roșca

Un journaliste indépendant de la République de Moldavie, un dissident anticommuniste, un ancien député et vice-premier ministre, un rédacteur, un traducteur et un organisateur du groupe de réflexion international antimondialiste Forum Chisinau.