Skip to content
Chișinău Forum 2023 poster

LA GUERRE SANS RESTRICTION : Une approche holistique de la Grande Réinitialisation


par Iurie Roșca
|

Chers amis, l'année dernière, l'équipe internationale du Forum Chisinau ― qui rassemble de nombreux intellectuels, auteurs, chercheurs, experts et journalistes de différents pays fortement engagés dans la lutte contre la tyrannie mondiale d'une élite mondialiste malveillante — a réalisé un excellent travail. Notre principal événement, qui s'est tenu les 9 et 10 septembre, était le Forum Chisinau 2023, intitulé « L'Agenda 21 de l'ONU et la grande réinitialisation : La chute du libéralisme vers la technocratie et le transhumanisme ». Nous avions 33 intervenants qui ont brillamment contribué par leurs discours à l'analyse et au démantèlement des stratégies mondialistes visant à détruire et à soumettre l'humanité. (Voir : https://rumble.com/user/chisinauforum ; https://odysee.com/@chisinauforum:5)

Nous avons étalé cet événement sur quatre mois en publiant régulièrement, deux fois par semaine, les discours de chaque participant à tour de rôle, à la fois en version vidéo et en version texte. En outre, les discours de nos participants ont été traduits dans plusieurs langues ― allemand, français, italien, portugais, espagnol, russe, grec, roumain, etc. — et ont été publiés sur de multiples plateformes de médias alternatifs. Au fur et à mesure que cette campagne de diffusion progressait, nous avons réussi à placer les discours sur diverses ressources médiatiques et à distribuer massivement les articles et les vidéos de nos camarades, et nous avons donné de multiples interviews, toutes ces activités conférant une pertinence particulière et une visibilité remarquable à notre projet métapolitique promu par le biais du groupe de réflexion international Forum Chisinau.

Le moment est venu de préparer notre prochaine rencontre internationale. Le thème annoncé dans le titre de ce mémorandum pourrait également être formulé ainsi : La guerre sans restriction comme stratégie multidimensionnelle d'une élite luciférienne pour une domination totale du monde.

L'état de guerre comme réalité permanente

L'assaut total du pouvoir de l'ombre, qui était déjà en cours depuis de nombreuses années, s'est fortement accéléré en 2020. C'est l'année de lancement d'une opération spéciale appelée « pandémie Covid-19 », qui vise à l'extermination massive de la population mondiale et à la modification génétique, ainsi qu'à l'appauvrissement et à l'asservissement des survivants.

Cet état d'alerte, provoqué par un événement d'une gravité sans précédent dans l'histoire, exige une analyse complexe, exhaustive et profonde, car la survie même de l'espèce humaine est en jeu. L'urgence d'un examen adéquat de l'état du monde d'aujourd'hui nous appelle également à formuler des solutions qui nous offriraient une chance d'éviter une catastrophe terminale rapide et irrémédiable.

Nous sommes donc en état de guerre. L'agresseur ne représente pas un État ou un groupe d'États, mais constitue un vaste réseau d'entités privées, supranationales, guidées non seulement par la soif du pouvoir absolu et l'instauration d'une tyrannie mondiale, mais surtout par des motifs profondément spirituels et de nature maléfique. Les cibles de ces forces sont toutes les nations du monde, tous les êtres humains, les rivalités entre eux faisant simplement partie de la stratégie de domination.

L'une des principales caractéristiques qui distinguent l'état de guerre actuel des états classiques est qu'il n'est pas déclaré et qu'il n'y a pas d'acteurs légitimes tels que deux parties belligérantes représentées par des États. L'ennemi est caché, de nature subversive, et attaque ses victimes avec une gamme d'armes non conventionnelles qui ne sont pas perçues par les nations cibles comme des actes d'hostilité militaire. Dans ce cas, la règle d'or de L'art de la guerre de Sun Tzu est appliquée à la perfection :

« Grâce à vous, nous apprenons à être invisibles, grâce à vous, inaudibles, et ainsi nous pouvons tenir le destin de l'ennemi entre nos mains ».

Les tactiques de dissimulation et l'application d'un vernis de respectabilité scientifique et d'une prétendue responsabilité morale dans le destin du monde rendent les maîtres de ce jeu mortel pratiquement invulnérables.

Au cœur de la force massive d'influence mondiale se trouve la puissance économique, technologique, médiatique et culturelle-cognitive qui annihile toute capacité de compréhension complexe et de résistance efficace de la part des États et des nations. L'ennemi de l'humanité est extrêmement sophistiqué, parfaitement équipé d'un nombre énorme d'instruments, et capable de jouer un jeu funeste pour le monde entier, tout en continuant à montrer son innocence et ses bonnes intentions.

Le masque de respectabilité sur le visage des « institutions internationales »

Les ennemis de l'humanité agissent par l'intermédiaire d'organisations internationales perçues comme neutres et bénéfiques pour les États et les peuples, telles que l'ONU, l'OMS, le FMI, la Banque mondiale, la Banque des règlements internationaux (BRI), l'OMC, l'OMS, la GAVI, l'UNESCO, l'UNICEF, l'UE, l'OTAN, etc. Et comme complices de cette énorme « conspiration ouverte » apparaissent les gouvernements des États du monde devenus les marionnettes de ces forces occultes : des régimes politiques qui contribuent au génocide des peuples qu'ils gouvernent.

L'influence écrasante, à l'échelle mondiale et nationale, de cet archipel du pouvoir réel est diffusée et exercée par une myriade de sociétés secrètes ou semi-secrètes telles que la franc-maçonnerie, le Royal Institute of International Affairs (Chatham House), le Tavistock Institute, le Council on Foreign Relations, le Club de Rome, le groupe Bilderberg, la Commission trilatérale, le Forum Économique Mondial, etc.

Les guerres non militaires comme stratégie de domination

Parmi l'énorme éventail de guerres non militaires menées par ces élites démoniaques, on peut citer les suivantes :

  • Guerre de religion
  • Guerre de civilisation
  • Guerre économique
  • Guerre cognitive
  • Guerre culturelle
  • Guerre idéologique
  • Guerre psychologique
  • Guerre des médias
  • Guerre biologique
  • Guerre génétique
  • Guerre raciale
  • Guerre d'immigration
  • Guerre géophysique
  • Guerre climatique Cyberguerre
  • Guerre électromagnétique
  • Guerre démographique La guerre féministe
  • Guerre des sexes
  • Guerre des transgenres
  • Guerre intergénérationnelle, etc.

Parallèlement, des guerres chaudes sont déclenchées, comme en Ukraine et dans la bande de Gaza, dans le but de contribuer à la « démolition contrôlée » de l'économie mondiale, à la désagrégation de la capacité fonctionnelle des États et à la réinitialisation du monde sur la base d'un Nouvel Ordre Mondial [NOM].

Pour porter le coup de grâce à l'anéantissement des États et de la liberté humaine, les élites sataniques nous préparent depuis des décennies à une « guerre interplanétaire » découlant d'une « invasion extraterrestre » et du mythe des OVNIS, afin de réaliser le projet Blue Beam, qui apparaîtra comme la phase terminale du triomphe du NOM.

Ainsi, nous sommes contraints par les circonstances de vivre dans une apocalypse permanente que nous percevons souvent comme la « nouvelle normalité ».

Une stratégie unique masquée par les rivalités régionales

L'Agenda 2030 de l'ONU pour le développement durable avec ses 17 objectifs est imposé à chaque nation et exprime la réalité de la gouvernance mondiale : un agenda qui pousse le plan d'extermination de masse et d'asservissement ultime, sans qu'aucun pays n'oppose de résistance. De plus, tant qu'aucun pays du monde n'annoncera son désir de quitter cette organisation faîtière du pouvoir de l'ombre (l'ONU), le Gouvernement Mondial fonctionnera tout aussi imperturbablement sans même formaliser son existence.

Pour l'année 2024, la signature d'un traité dit de pandémie de l'OMS a été annoncée, qui instaurerait définitivement une tyrannie mondiale sous prétexte de santé et éradiquerait définitivement toute trace de souveraineté nationale et personnelle.

Parallèlement, une nouvelle réalité dystopique s'étend sur le monde entier, se manifestant comme l'apogée de la science et de la technologie promettant l'avènement du paradis éternel. L'ère de la numérisation, de la surveillance universelle, de la destruction des libertés fondamentales ― sous prétexte d'urgences médicales, climatiques ou cybernétiques ― se manifeste avec une force irrésistible. Les monnaies numériques des banques centrales, l'Internet des objets, l'Internet des corps, les villes intelligentes ou villes de 15 minutes, l'« homme augmenté » sous les traits du transhumanisme, la technocratie comme forme de tyrannie universelle, s'annonçant comme une prophétie autoréalisatrice, toutes ces nouvelles réalités sont en train de remodeler le monde entier.

Une évasion de la prison conceptuelle

Aucun des conflits de premier plan qui font actuellement rage à l'échelle mondiale, qu'ils soient Ouest-Est ou Nord-Sud, ne semble affecter l'imposition d'une stratégie mortelle commune émanant de l'ONU, de l'OMS et d'autres organisations.

Le caractère extrêmement sophistiqué et complexe du système de domination mondiale par le biais des organisations internationales ― d'innombrables entités privées imbriquées sous un masque scientifique, culturel, médical ou médiatique ― conduit à un état de domination intégrale beaucoup plus périlleux que celui qui pourrait être atteint par la conquête militaire ou l'assujettissement économique.

La multitude de formes de guerres totales non militaires qui sont menées contre l'humanité n'est même pas perçue par la grande majorité des gens comme une agression générale contre l'humanité. Cette incapacité à appréhender les nouvelles réalités géopolitiques avec leur profonde signification spirituelle pourrait bientôt s'avérer fatale pour le monde entier. Une certaine erreur de perspective, une inertie de la pensée maintiennent l'esprit collectif dans la captivité des temps passés.

Dans les nouvelles conditions historiques de la mondialisation, dues à une avancée massive de la science et de la technologie et à la concentration gigantesque du pouvoir mondial entre les mains d'entités privées, les anciens schémas de division entre pays, régions et civilisations ne sont plus valables ; ils ne servent plus qu'à masquer le vrai visage des factions participant au conflit.

Pour sortir de la confusion générale et avoir la possibilité d'opposer une résistance efficace pour assurer la pérennité de la civilisation humaine, il est nécessaire de faire une distinction catégorique entre la perspective horizontale et la perspective verticale.

Horizontalement, c'est l'Occident collectif et les pays BRICS, le Nord riche et le Sud émergent qui se font face. Pourtant, la lutte essentielle se déroule verticalement : l'agression multidimensionnelle et implacable des élites mondiales diaboliques d'une part et de tous les peuples du monde d'autre part. Et si le premier plan d'affrontement est enregistré par la perception publique, le second, infiniment plus important, échappe à l'attention du monde.

Les rivalités entre les groupes de pays susmentionnés n'ont pas cessé même en 2020, mais pour couronner le tout, tous les pays ont répondu avec la même docilité aux édits de l'OMS lors de la fausse pandémie de Covid-19, qu'ils n'ont pas perçue comme un acte de guerre.

L'Occident collectif contre les BRICS, les États-Unis contre la Chine : Qui dirige ?

L'une des erreurs fondamentales liées à la mondialisation est la tendance à attribuer à l'Occident collectif le rôle exclusif de moteur de ce processus. Selon cette logique, l'effondrement de l'Occident entraînerait automatiquement l'échec de la mondialisation. D'où les mythes liés aux BRICS en tant qu'alternative civilisationnelle à l'Occident. La récente expansion substantielle de cette organisation informe et omnivore a suscité de nouvelles vagues d'enthousiasme parmi les partisans naïfs de la démondialisation. Le déclin de l'Occident et la montée en puissance des BRICS sont également applaudis par tous les adversaires de l'hégémonie américaine. Pendant ce temps, rares sont ceux qui remarquent que la Grande Réinitialisation s'impose partout. Transcendant les conflits géopolitiques horizontaux, il est dicté par la verticale du pouvoir, la seule force qui compte vraiment. Une fois de plus, le monde est gouverné par des entités privées supranationales opérant à travers l'ONU, l'OMS, etc. Big Money, Big Oil, Big Pharma, Big Tech, Big Media, etc. ne sont que les tentacules d'une même pieuvre satanique.

Et si l'on sait que l'Agenda 2030 de l'ONU est accepté et mis en œuvre par tous les pays du monde, que la politique génocidaire de fausses pandémies et de meurtre par injection de l'OMS est une politique officielle de tous les États, que la digitalisation est omniprésente, comment admettre une telle absurdité en admirant une si fausse alternative ?

Certains se réjouissent de la perspective d'une dédollarisation imminente comme si elle devait être suivie de l'établissement de la souveraineté monétaire au niveau de chaque nation et de la disparition de la BRI et de la City de Londres. Il faut savoir que le dollar sera remplacé par des CBDC au niveau « national », après quoi une unité monétaire numérique universelle sera imposée.

C'est un truisme de dire que les mêmes prémisses conduisent toujours aux mêmes conséquences. La société technologique conduit à la disparition des campagnes, à l'urbanisation, à la technocratie et, par le biais de la robotique et de l'intelligence artificielle, au chômage de masse. Le remplacement de l'hégémonisme américain par l'hégémonisme chinois ne signifiera pas pour autant l'échec de la Grande Réinitialisation. Au contraire, la société chinoise est un modèle idéal pour les élites mondialistes, qui souhaitent ardemment étendre ses caractéristiques à l'échelle mondiale.

Une véritable révolte des nations suppose d'abord la volonté d'abandonner les carcans mondialistes qui asservissent l'humanité, au premier rang desquels l'ONU et l'OMS. Mais jusqu'à présent, aucun pays au monde n'a annoncé de telles intentions, suivant plutôt avec docilité la politique du Gouvernement mondial qui opère à travers ces organisations.

La fin de la géopolitique classique

Le mythe du changement climatique est accepté aveuglément et docilement par tous les États sous l'égide de l'ONU. L'activité de la BRI, l'élimination de l'argent liquide et l'imposition des CBDC ne sont pas perçues comme des outils destinés à paupériser et à asservir la population mondiale, mais sont au contraire considérées à tort comme des processus naturels d'une régulation financière inévitable. Il en va de même pour la perception publique d'autres « organisations internationales ».

La capacité à fixer l'esprit collectif, à dissiper les mythes supposés sur le cadre international, ainsi qu'à réduire méthodiquement la capacité cognitive de l'homme contemporain est la principale garantie de succès des mondialistes. À l'heure actuelle, il n'y a pas de différence entre le niveau d'ignorance de l'individu moyen et celui d'un fonctionnaire d'État. Dans ces conditions, la stratégie du déguisement et de la manipulation fonctionne sans la moindre entrave.

J'ai appelé ces nouvelles réalités à l'échelle mondiale « la fin de la géopolitique classique ». Aujourd'hui, le conflit de base est vertical : il se déroule du haut vers le bas et l'ennemi est une entité non étatique, supranationale et extraterritoriale. Par conséquent, comme dans les exercices de décryptage pratiqués en ingénierie sociale, les deux coins inférieurs du triangle doivent, pour échapper à leur éternelle condition de victimes, renoncer à leurs hostilités mutuelles « horizontalement » et regarder vers le haut pour découvrir le véritable ennemi qui les attaque « verticalement ».

Erreur de perspective dans l'identification de l'ennemi

Et je reviens ici au titre de mon discours de clôture prononcé au Chisinau Forum 2023 le 9 septembre dernier : « Connaître son ennemi » ― la règle d'or de l'art de la guerre à l'ère technocratique [1] (ou « Connaître son ennemi » ― la règle d'or de l'art de la guerre à l'ère technocratique). Une connaissance approfondie de la nature des ennemis de l'humanité nous offre une chance de revanche, de contre-offensive et de survie.

Nous entrons ici dans la zone la plus délicate et la plus incertaine. En effet, l'homme d'aujourd'hui n'a plus de perspective religieuse et spirituelle sur la vie. La modernité nous a irrémédiablement marqués : nous sommes matérialistes, athées et rationalistes. Et ce, alors que les ennemis de l'humanité, qui nous ont sécularisés et stérilisés spirituellement pendant des siècles, sont eux-mêmes restés profondément ancrés dans les réalités spirituelles. Ils nous ont éloignés de notre Sauveur, mais ont maintenu leur alliance avec leur maître. C'est-à-dire qu'ils nous ont aveuglés afin de pouvoir nous dominer et nous vaincre sans aucune résistance.

Face à un mal spirituel total, à des forces démoniaques surhumaines, nous n'avons aucune chance de réussir en utilisant uniquement le potentiel humain. L'absence d'égalité des armes signifie notre défaite éternelle. Notre besoin vital est de redécouvrir et de rechercher une alliance stratégique avec notre Créateur Jésus-Christ. Avoir un ennemi aussi puissant que Satan tout en restant dans l'illusion de l'autonomie et de l'autosuffisance humaine est une illusion induite par le fils de la perdition.

Il nous appartient de choisir de jouer le rôle de perdants ou de préférer la mission de conquérants, en faisant un grand saut paradigmatique et en revêtant l'armure de nouveaux croisés. En conclusion, notre choix est très simple : à qui obéir, à Dieu ou à Satan. Il n'y a pas de troisième option. L'autonomie humaine est un piège parfait qui nous aveugle et pousse notre Résistance dans une impasse suicidaire.

L'illusion libérale comme facteur de paralysie

L'une des raisons du succès écrasant de nos ennemis est que nous continuons à opérer dans des conditions de tyrannie mondiale et de terrorisme d'État avec notre cadre de référence démocratique libéral dépassé. Face à une guerre totale des élites satanistes contre l'humanité, dans les dents d'un génocide universel, nous fonctionnons avec des notions légalistes ; nous faisons appel à la Constitution, aux Droits de l'Homme et aux normes démocratiques. Nous plaçons nos espoirs dans les cycles électoraux et les « sauveurs » comme Trump ou Poutine, en déifiant l'opposition contrôlée. Et nous refusons de comprendre la nature tragicomique de cette situation.

Lorsqu'un assassin tue vos enfants, votre femme, vos proches, un citoyen honorable s'assoit pour porter plainte au tribunal ou chercher un avocat. Mais la guerre a sa propre logique inexorable. Si vous n'arrêtez pas votre meurtrier, il vous tuera. Même si ce ne sont pas des fusils et des bombes qui sont utilisés comme armes mortelles cette fois-ci, mais des injections, des ondes électromagnétiques et de la nourriture empoisonnée, cela ne change pas le rapport de forces entre les deux parties, l'assassin et la victime. La victime est en état de légitime défense et doit riposter. Notre réponse au plan génocidaire d'une élite mondialiste de réinitialisation est typiquement appelée le Grand Réveil ― et à juste titre. Mais cet effort d'éveil doit trouver sa continuation immédiate dans le Grand Soulèvement. Toute autre démarche ne serait qu'un exercice intellectuel stérile et nous condamnerait à la disparition de la civilisation humaine.

Veuillez partager ce texte avec vos abonnés, le placer sur autant de plateformes que possible, le traduire dans vos propres langues et l'envoyer à vos amis qui pourraient être nos orateurs potentiels au Forum Chisinau 2024. Afin de minimiser le risque de toute entrave aux déplacements normaux (confinements, etc.), je suggérerais la fin du mois de mai comme la meilleure période pour notre prochain événement.

Le Forum Chisinau est un groupe de réflexion international indépendant et n'est subordonné à aucun centre géopolitique, État ou entité privée. Nous n'avons pas de sponsors et n'en recherchons pas. Toutes les dépenses liées à nos activités sont à la charge de chaque participant. Une véritable résistance métapolitique et une dissidence implacable exigent une totale liberté de pensée et d'action.

N'hésitez pas à me faire part de vos avis sur le thème annoncé pour la prochaine édition, à formuler des suggestions à cet égard et à proposer de nouveaux intervenants pour notre événement. J'attends vos messages à l'adresse électronique suivante : ChisinauForum2024@protonmail.com

Iurie Rosca est un journaliste indépendant de la République de Moldavie, un dissident anticommuniste, un ancien député et vice-premier ministre, un rédacteur, un traducteur et un organisateur du groupe de réflexion international antimondialiste Forum Chisinau.


  1. https://arcaluinoe.info/en/blog/2023-09-09-alfpxu0e/
Poza de profil

Iurie Roșca

Un journaliste indépendant de la République de Moldavie, un dissident anticommuniste, un ancien député et vice-premier ministre, un rédacteur, un traducteur et un organisateur du groupe de réflexion international antimondialiste Forum Chisinau.